Acceuil > Aéroport > Transport aérien

Aéroport international de Libreville Gabon

Transport aérien au Gabon

Etat des lieux

L’enclavement de l’arrière pays faute d’un réseau routier conséquent, a depuis toujours favorisé le développement du transport aérien au Gabon. Toutefois, c’est au cours des années 2000 que cette activité va connaître un nouvel essor. En effet,  le trafic vers  l’extérieur est devenu bien plus important que celui vers l’intérieur  du pays,  grâce  notamment à l’installation du Hub de la défunte Air Gabon.

Avec de nouvelles directives environnementales adoptées par le Gouvernement  par la création de 11 parcs nationaux, le transport aérien est appelé à s’améliorer grâce au développement du tourisme.

 

Le réseau national

La présence d’aéroports secondaires sur toute l’étendue du territoire permet en effet de réduire l’isolement  économique et social de certaines villes ne disposant pas d’une voie d’accès  routière où  toute autre.

Le déploiement des petites compagnies aériennes a ouvert de nouvelles possibilités inutilisées par l’ancienne compagnie nationale Air Gabon, ou par les grosses compagnies qui desservent habituellement l’extérieur.

Sur les lignes domestiques, quatre compagnies de tailles variables se partagent le trafic.   Ces compagnies sont : Nationale Régionale Transport (la Nationale ou NRT), Allegiance, Nouvelle Air Affaire Gabon,Afric Aviation et Gabon Airlines.

 

Le réseau international

En 2010, l'augmentation du nombre de passagers internationaux a été de 10,5% pour un ttal de 410.000 passagers.

 

Fret, affrètement et vols privés

Au niveau du fret, il y’a une  augmentation régulière du volume transporté depuis 1995.

Environ 14 compagnies aériennes relient le Gabon au reste du monde.

Nous comptons actuellement environ 3 compagnies aériennes transportant exclusivement du  fret : Sky Gabon,   DHL. Elles renforcent grandement les capacités en termes de trafic de fret du secteur. Au niveau des affrètements et des vols privés, de nombreuses compagnies mettent à disposition de leur public des appareils pour des évacuations sanitaires ou des vols sur mesure que ce soit vers l’intérieur, vers l’Afrique, vers l’Europe ou vers le Moyen Orient. Les plus réputés d’entre elles sont : AFRIJET et Nouvelle AIR AFFAIRE GABON. Enfin, un aéroclub existe à Libreville, sur l’Aéroport.

 

La crise

En 2005, Air Gabon est en cessation de paiement. De lourdes dettes accumulées depuis plusieurs années ont affaibli la compagnie nationale qui fini par déposer le bilan.  Déjà depuis 2004, lors de l’apparition des signes avant-coureurs de cette situation, le trafic aérien connait une énorme crise : Air Gabon qui était l’un des plus importants transporteurs voit son activité s’effondrer et entraine une grande partie du trafic avec elle.

Il aura fallut attendre jusqu’en 2007 pour que les indicateurs repartent à la hausse notamment au niveau du nombre de passagers transportés. Ceci est dû au dynamisme de ce secteur d’activité, qui a su combler le déficit causé par la perte d’ Air Gabon, avec l’arrivée de nouvelle compagnies aériennes internationales : Ethiopian Airlines (2007), South African Airways (2007), Air Nigéria (2008), La Compagnie Aérienne du Mali (2008), Gabon Airlines (2007) et Lufthansa (2009). De plus, le développement de l’activité de certaines compagnies vers l’intérieur et l’extérieur ont permis une rapide remontée de l’activité du secteur. Toutefois, avec l’arrivée d’autres compagnies aériennes telles que la Camair, Rwandair et  Trans Air Congo, les ambitions sous régionales de certaines compagnies domestiques, et le développement des compagnies et destinations actuelles, une poursuite du trafic peut encore être espérée.

 

Les infrastructures aéroportuaires.

Le Gabon dispose de 3 aéroports internationaux: l'aéroport de Libreville, l'aéroport de Port-Gentil et l'aéroport de Franceville. Il compte aussi 60 aérodromes locaux, dont 30 avec vocation commerciale.

Les aérodromes de Mitzic, Oyem, Bitam, Makokou, Okondja, Akieni, Lastoursville, Koulamoutou, Mouila, Tchibanga, Mayumba, Omboué, et Gamba sont capables de recevoir des avions de taille moyenne. Tandis que l'aéroport de Libreville reçoit la majorité du trafic international. Son exploitation a été confiée par l’Etat en 1988 à ADL.